Les Asuras

> > > > Les Asuras

"C'est l'intelligence qui nous sauvera, pas les muscles"
 
De leur propre aveu, les minuscules Asuras sont les individus les plus intelligents de toute la Tyrie. Jadis, ils étaient les maîtres incontestés d'une puissante civilisation souterraine, mais ils furent chassés à la surface par le Grand Destructeur, héraut du dragon ancestral Primordus.

Depuis leur arrivée, toutefois, cette race à longues oreilles a prospéré : depuis leurs premiers pas laborieux dans les ruines de la Côte ternie, ils sont parvenus à rebâtir leur civilisation et à dompter ce nouveau monde sauvage grâce à leur maîtrise des forces mystiques. A présent, leur technomagie a investi le continent tout entier et les autres races vouent aux Asuras le respect qu'ils s'estiment dû. Pourtant, cette réussite apparente ne fait que masquer d'innombrables conflits internes causés par l'orgueil et la cupidité de chacun.
 
Histoire
Les Asuras étaient à l'origine une race souterraine, adaptée à un environnement troglodyte bien loin de la surface. L'évolution leur avait conféré des sens particulièrement développés : rien n'échappait à leurs longues oreilles ni à leurs grands yeux lumineux... sans parler de leurs dents aiguisées d'omnivores. C'étaient des individus unanimement géniaux, voués à analyser, résoudre et utiliser la magie dans toute sa complexité. Grâce à ce pouvoir, ils s'étendirent très vite à travers les Profondeurs de la Tyrie, qu'ils émaillèrent de portails asuras pour relier deux endroits distants et d'immenses citadelles souterraines sur les conflux de pouvoir mystique.

A leur surprise horrifiée, l'un de ces conflux se révéla être la tanière d'un champion dragon ancestral. Ainsi s'éveilla le Grand Destructeur, créature légendaire parmi les Nains. A l'aide de ces mêmes portails que les Asuras avaient érigés dans son antre, il envoya ses serviteurs aux quatre coins des cavernes, détruisit l'essentiel de la civilisation asura et força les survivants à gagner le monde de la surface, dangereux et inconnu.

Heureusement, les Asuras ne manquaient pas de ressources. Armés des bribes de savoir qu'ils avaient préservées et surtout d'un contingent intarissable d'inventeurs géniaux, ils eurent tôt fait de dominer la région de la Côte ternie. Leurs golems repoussaient les jungles ; leurs sorts de lévitation isolaient les villes des dangers alentour ; leurs portails reconfigurés leur permettaient d'arpenter un nouveau monde regorgeant de races dangereuses et étranges. Ingéniosité et organisation, tels étaient les maîtres mots de leur expansion.

La société asura est organisée en ékipes, des groupes de recherche plus ou moins cohérents, dirigés par un individu particulièrement brillant. Très motivées et compétitives, ces ékipes codifient et font progresser la maîtrise magique des Asuras en tentant de retrouver le savoir perdu, en créant de nouveaux domaines de recherche et en découvrant les réponses de la philosophie universelle qu'ils nomment l'Alchimie éternelle.

L'influence des Asuras, cette race de magiciens-chercheurs et d'inventeurs mystiques, est allée croissant depuis leur arrivée à la surface il y a quelques siècles. Des races qu'ils jugeaient utiles, ils se se sont fait des alliés ; les autres, ils les ont contrôlées et confinées. Les Asuras ont découvert de nouveaux horizons et récupéré d'anciennes connaissances.
 
Rata Sum
Rata Sum, la colossale cité asura, constitue l'exemple le plus frappant de leur maîtrise magique. Partis des ruines éparses de quelque race disparue, les Asuras ont érigé un testament à leur puissance : un vaste cube flottant, qui surplombe toute la contrée environnante. Rata Sum est striée de passages internes et sa partie supérieure divisée en cubes plus petits. Les lieux les plus élevés sont les laboratoires et les salles de réunion du Conseil des Arcanes, régents des Asuras. Quant aux profondeurs de ce cube gigantesque, elles sont creusées nuit et jour par d'infatigables serviteurs golems.

Les Asuras sont profondément individualistes : chacun veille jalousement sur ses créations. Néanmoins, plusieurs organisations assurent le lien entre les individus. Le plus important est le Conseil des Arcanes qui est, en théorie, un conglomérat de sages Asuras appliquant les lois collectives. En pratique, ce groupe est composé de ceux qui n'ont pas la sagesse nécessaire pour s'affranchir de cette tâche, car la majorité des Asuras préfèrent s'atteler à leurs propres créations plutôt que de tremper dans les querelles intestines et autres rivalités bureaucratiques.

Rata Sum abrite aussi les universités asura : statique, dynamique et synergétique. Chacune est dotée d'un vaste complexe où les étudiants, apprentis et autres compagnons prometteurs ne disposant pas d'un laboratoire privé peuvent travailler, approfondir leurs connaissances et s'attirer les faveurs de mentors déjà établis. Chacune des universités a sa propre approche de l'Alchimie éternelle : la statique conçoit le monde comme un ensemble de lignes de force et de soutien — comme un état fixe, donc — et cherche à apprendre des leçons perdues du passé. La dynamique estime au contraire que le monde est en perpétuelle évolution et que toute expérience dont on sort vivant est une réussite. Enfin, la synergétique étudie surtout les connexions entre les choses, l'espace entre deux éléments. Ce sont les plus mystiques et théoriques des Asuras.

Si Rata Sum constitue le haut lieu de la science asura, les Asuras ont érigé leurs laboratoires et leurs centres partout sur la Côte ternie. Souvent, que ce soit par quelque caprice des recherches ou pour prouver leur supériorité sur leurs confrères, les maîtres asuras et leurs ékipes se rendent dans l'arrière-pays, loin des yeux inquisiteurs et des concurrents potentiels. Souvent aussi, ils doivent pour ce faire construire leurs laboratoires dans des zones particulièrement isolées ou dangereuses. Or la destruction d'un laboratoire ou de ses occupants peut signifier la perte irréversible de nouvelles découvertes. Les Asuras ont cette situation en horreur, mais les races avoisinantes s'en accommodent généralement fort bien.
 
Connaissance rime avec puissance
Les Asuras sont compétitifs par nature. Chacun aborde ses recherches avec la confiance que lui accordent son immense intelligence et son assurance. Tous sont des scientifiques fous qui cherchent à prouver leur caractère exceptionnel.

Cet esprit de compétition (et la supériorité que ressent chacun) englobe aussi les autres races : certaines sont considérées comme des ressources potentielles, notamment les Hyleks et leur savoir-faire alchimique, ou encore les Draguerres et leurs technologies soniques. D'autres, comme les Humains et les Sylvaris, sont des employés potentiels. Certaines, enfin, ne sont que des nuisibles ; en premier lieu les rongeurs skritts, que les Asuras n'avaient que trop côtoyé durant leur ère troglodyte.

On ne s'en étonnera pas, l'Asura est un loup pour l'Asura. Mettant de côté leurs expériences parfois spectaculaires (pour ne pas dire explosives), un groupe d'Asuras s'est ligué pour former sa propre méta-ékipe appelée l'Enqueste. Ceux-là mettent en commun leurs ressources pour former une organisation plus importante et partagent leur savoir, entre membres de l'Enqueste exclusivement. Ils s'impliquent plus dans les activités de chacun et sont moins attachés à la moralité que les autres Asuras, au point d'exploiter l'esprit d'êtres intelligents dans leurs recherches effrénées. Par conséquent, ils sont à la fois très efficaces et extrêmement dangereux. Leur objectif n'est rien de moins que la domination de toute la Tyrie, y compris des dragons ancestraux ; à cette fin, ils ne laisseront rien ni personne leur mettre des bâtons dans les roues.
 
Les dangers de l'orgueil
Depuis leur émergence en Tyrie, l'histoire des Asuras est marquée par leurs réussites, leur triomphe au mépris des probabilités, des dangers perpétuels et de la stupidité ambiante. Des cendres laissées par les assauts du Grand Destructeur, les Asuras se sont forgé un avenir plus radieux. Néanmoins, les raisons de leur réussite contiennent aussi les germes de leur destruction : les Asura sont un peuple fier — d'aucuns diraient orgueilleux — chez qui savoir ne rime pas forcément avec sagesse. Or souvent, l'orgueil ne fait que précipiter la chute.